Le Blog Maintenance WP

9 conseils pour l’éco-conception d’un site web

5 juin 2023 | Développement de sites WordPress

La production d’électricité. Les usines. Les transports. Les produits ménagers. On ne vous apprend rien si on vous dit que tous ces éléments polluent et sont responsables de la dégradation de l’environnement. 

C’est peut-être moins évident à première vue, mais Internet pollue, lui aussi. Cela signifie qu’à son échelle, un site web émet des gaz à effet de serre et participe à la pollution numérique. 

Pour tenter de limiter l’impact de ce fléau, vous pouvez agir à votre niveau en adoptant une démarche d’éco-conception web

À la fin de cet article, vous connaîtrez dans les moindres détails ce que recouvre ce concept, avec les avantages qu’il peut procurer pour votre activité et vos visiteurs.

Vous disposerez aussi de nombreux conseils et astuces pratiques à appliquer sur vos prochains projets de création de sites, afin qu’ils soient moins énergivores. 

Qu’est-ce que l’éco-conception web ?

Pour commencer, définissons ce qu’est l’éco-conception – aussi orthographié écoconception – au sens large.

D’après le Ministère de la Transition écologique, il s’agit d’une « approche préventive des problèmes d’environnement » qui consiste à « intégrer la protection de l’environnement dès la conception des biens ou services ».

Appliqué au web, l’éco-conception web consiste à concevoir des sites internet plus écologiques et respectueux de l’environnement, tout en étant moins énergivores.

Une démarche d’éco-conception web s’applique tout au long des étapes de la vie d’un site internet, de sa création à sa maintenance, en passant par son hébergement (serveur web). 

Pour créer des sites web plus durables, l’éco-conception de site web repose sur plusieurs grands principes : 

  • se concentrer sur l’essentiel et miser sur la simplicité, notamment avec un design minimaliste et épuré ;
  • éliminer le superflu ;
  • centrer l’architecture et les contenus de votre site/blog autour des besoins de vos utilisateurs
  • proposer des contenus qui se chargent au moins aussi rapidement qu’avec un site « traditionnel », avec le moins de code et de requêtes possibles ; 
  • limiter le téléchargement des données et les fichiers inutiles.

En France, il faut savoir que la promotion de l’éco-conception est assurée par un organisme dédié : l’ADEME

Cette Agence de la transition écologique soutient l’innovation et la recherche dans le domaine de l’éco-conception.

Elle aide les particuliers et les professionnels à accélérer la baisse de la consommation d’énergie, à développer les énergies renouvelables et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L'ADEME s'occupe de la promotion de l'éco-conception web en France.

Comme vous allez voir ci-dessous, il existe plusieurs avantages à s’inscrire dans une démarche d’éco-conception web.

Pourquoi s’inscrire dans une démarche d’éco-conception de site web ?

Réduire l’impact environnemental

Le premier bénéfice « logique » quand on évoque l’éco-conception web réside dans les gains environnementaux qu’elle apporte.

C’est un aspect non négligeable, surtout si l’on considère la pollution écologique générée par l’écosystème numérique au sens large.

À ce sujet, les chiffres sont éloquents et reflètent l’ampleur critique du problème.

Selon un rapport 2022 de l’ADEME sur l’impact du numérique en France, le numérique est responsable de 3,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (soit près de 2 fois ce que produit le trafic aérien). Cette empreinte carbone devrait doubler d’ici 2025, souligne le rapport.

Au total, le numérique mondial représenterait un 7e continent dont la taille serait équivalente à 2 à 3 fois celle de la France, détaille une étude menée en 2019 par le collectif Green IT.

À titre de comparaison, l’étude de Green IT indique par exemple que l’empreinte du numérique mondial équivaut à 1,5 milliard de salariés français allant travailler pendant 1 an…

Par ailleurs, on estime que si Internet était un pays, ce serait le 3e plus gros consommateur d’électricité mondiale, après la Chine et les Etats-Unis.

Des usines polluent, tout comme le secteur du numérique.

Évidemment, au sein de la pollution numérique, les sites internet prennent une place considérable. On en dénombre 1 milliard 112 millions à travers le monde, dont seulement 18% d’actifs !

Pour les faire fonctionner, des data-centers sont par exemple indispensables, mais ils consomment énormément d’électricité. D’où l’importance d’opter pour un hébergeur respectueux de l’environnement, comme nous le verrons par la suite. 

Améliorer l’expérience utilisateur et les performances grâce à l’éco-conception web

Adopter une démarche d’éco-conception web, c’est aussi prendre soin de l’expérience utilisateur (UX) proposée aux visiteurs de votre site web (qu’il soit sur WordPress ou un autre CMS). 

Un site web éco-conçu s’adapte dès le départ aux besoins de l’utilisateur. L’idée ? Lui faciliter la vie dès le début de son parcours sur votre site ou blog.

Cela se traduit par exemple par une navigation optimisée, ou encore l’affichage responsive (lisible sur ordinateur, smartphone et tablette) de vos pages et articles. Grâce à cela, vous améliorez aussi l’accessibilité.

En parallèle, l’amélioration de l’UX aura un impact positif sur la vitesse de chargement.

Si votre site se concentre uniquement sur l’essentiel, il sera plus rapide à charger et consommera moins d’énergie !

Cet aspect est aussi important du point de vue du référencement naturel (SEO). Déjà parce que Google prend en compte la vitesse de vos pages dans son algorithme, notamment via ses Signaux web essentiels (Core web vitals).

Et ensuite, parce qu’un site ou un blog rapide permet de conserver vos visiteurs plus longtemps chez vous, tout en limitant le taux de rebond, peu apprécié par les robots des moteurs de recherche comme Google.

Une démarche d'éco conception web peut aider votre référencement naturel sur Google.

Adopter un positionnement plus responsable bénéfique pour votre image de marque 

Enfin, il existe aussi un bénéfice lié à votre business quand on parle d’éco-conception web. Pour commencer, s’inscrire dans une telle démarche vous positionnera comme un acteur responsable, qui essaie de faire avancer les choses à son échelle.

Cela peut avoir un impact positif sur votre image de marque et votre notoriété.

En effet, les Français sont sensibles à la question environnementale : 80% d’entre-eux se disent « inquiets au sujet de la protection de l’environnement et du changement climatique », dévoile ce sondage.

Par ailleurs, vous positionner dans la niche des sites web éco-conçus vous placera automatiquement dans un segment haut de gamme.

Comme l’explique le Ministère de la Transition écologique, le prix d’un produit éco-conçu est « associé à un investissement design, une qualité supérieure et de l’innovation, peut être plus cher qu’un produit concurrent non éco-conçu ».

Par conséquent, vous pourrez vendre vos services (création et refonte de site, maintenance etc.) plus cher qu’à l’accoutumée, et espérer une augmentation de votre chiffre d’affaires.

Sans transition, passons maintenant à l’étape suivante : la présentation de tous nos conseils pratiques relatifs à l’éco-conception d’un site web. 

Comment créer un site internet WordPress écologique : 9 conseils

Les bonnes pratiques d’éco-conception d’un site web que vous allez trouver ci-dessous sont destinées avant tout à des sites internet conçus sous WordPress.

C’est la raison pour laquelle vous trouverez des recommandations très spécifiques… mais aussi plus générales allant de la conception au développement, en passant par l’hébergement de votre site ou de votre blog.

Vous pourrez donc vous servir de bon nombre des astuces présentées, quel que soit le CMS d’éco-conception que vous avez choisi. 

Par ailleurs, cette liste de conseils est loin d’être exhaustive. Pour l’élaborer, nous nous sommes appuyés sur deux ressources qui font office de « Bibles » de l’éco-conception web : 

  1. L’ouvrage “Les 115 bonnes pratiques en matière d’éco-conception web”, de Frédéric Bordage et du collectif GreenIT. L’ADEME propose un accès à certains chapitres en téléchargement gratuit. Notez aussi que ces 115 bonnes pratiques se retrouvent sous la forme d’une checklist de l’éco-conception web, au format PDF également.
  2. Le Référentiel général d’écoconception de services numériques (RGESN), co-piloté par la Direction interministérielle du numérique (DINUM), le Ministère de la Transition Écologique, l’ADEME et l’Institut du Numérique Responsable.
    Ce référentiel permet de vérifier 79 points sur votre site web éco-responsable, dans 8 thématiques (de la stratégie à l’hébergement sur un serveur), afin de vous aider à réduire la consommation de ressources informatiques et énergétiques.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à creuser dans ces deux ressources.

Le RGESN permet de vérifier l'éco conception d'un site web.

1/ Définissez précisément vos cibles et leurs besoins

Pour commencer, notre premier conseil consiste à identifier et à définir précisément vos cibles, c’est-à-dire les utilisateurs finaux de votre site WordPress (vos visiteurs).

C’est essentiel pour créer des fonctionnalités et des contenus adaptés à leurs besoins. Votre site doit être le plus sobre et pratique possible. Il doit en faire « ni trop, ni trop peu », comme le préconise le RGSEN.

Dès la création de votre cahier des charges, vous devez connaître vos cibles, leurs usages, leurs besoins et leurs comportements. 

Pour cela, mettez en place les actions suivantes : 

  • création d’une étude concurrentielle ;
  • analyse de l’existant ;
  • définition de vos personas (clients idéaux), par exemple à l’aide d’un outil gratuit comme Make My Persona ;
  • réalisation d’entretiens ou de sondages avec vos utilisateurs avec des olsutions comme Google Forms, Typeform ou SurveyMonkey.

En parallèle, posez-vous les questions suivantes, et apportez-y des réponses précises : 

  • Quels sont les besoins des clients qui se rendront sur votre site ? Veulent-ils acheter quelque chose ? Cherchent-ils une information précise ? Désirent-ils télécharger un document ?
  • Quel va être le parcours utilisateur une fois qu’ils débarqueront sur vos pages ?
  • Comment faire pour rendre la navigation la plus fluide possible ?

Connaître les besoins des utilisateurs va vous permettre de détailler les fonctionnalités incontournables et nécessaires de votre site.

Vous serez aussi en mesure d’éliminer le superflu pour vous concentrer sur l’essentiel en matière d’éco-conception web.

2/ Concevez une interface épurée

Dans la lignée de ce que vous venez de commencer à faire, penchez-vous à présent sur l’architecture de vos contenus. C’est notamment ce qui va vous permettre de mettre au point un parcours utilisateur qui soit le plus efficace possible. 

Afin de le concevoir au mieux, pensez à élaborer les éléments suivants : 

  • l’arborescence de votre site ou de votre blog, c’est-à-dire son architecture sous forme de schéma. Vous y présenterez les pages stratégiques de votre choix et veillerez à ne pas créer de pages trop profondes. C’est mauvais pour l’expérience utilisateur et le SEO. En gros, moins vous aurez de pages, moins votre site mettra du temps à se charger, et plus vous limiterez votre empreinte carbone.
    Pour concevoir votre arborescence, appuyez-vous sur des logiciels comme GlooMaps, MindMeister ou Balsamiq ;
  • des wireframes. Il s’agit de maquettes fonctionnelles présentant la structure de vos pages. Concevez-les avec un outil en ligne comme Balsamiq Wireframes ou MockFlow ;
La création de wireframes intervient dans une stratégie d'éco-conception de site web.
Un exemple de wireframe.
  • des maquettes graphiques, qui exposent le visuel final de vos pages. Les concevoir n’est pas forcément nécessaire, car elles réclament expertise et technicité. Vous pouvez simplement vous contenter des wireframes si vous ne souhaitez pas faire appel à un professionnel du webdesign.

Astuce : Lorsque vous créerez vos wireframes et/ou maquettes, adoptez la même posture qu’avec les besoins de vos utilisateurs. Demandez-vous ce qu’il est nécessaire d’intégrer dans vos contenus.
Telle option ou telle animation vous semble être un gadget et ne rien apporter de plus à l’utilisateur final ? Ne la prenez pas en compte !

3/ Privilégiez un design minimaliste

En parlant de maquettes et de conception graphique, restons dans le domaine du webdesign avec ce 3e conseil, à appliquer aussi bien dans la phase de réflexion – avant le développement du site – que lors de la phase technique de conception de votre site éco-créé avec WordPress.

Pour rester dans une démarche d’éco-conception de site web efficace, priorisez un design simple, épuré et adapté au web. C’est notamment ce qui ressort de l’ouvrage les 115 bonnes pratiques de l’éco-conception web.

Voici différentes recommandations pour répondre à cette attente : 

  • préférez l’approche « mobile-first », qui consiste à d’abord créer une version mobile de votre site avant sa version pour ordinateur de bureau (desktop). Votre contenu doit être responsive : il doit s’afficher parfaitement sur n’importe quel type de support (ordinateur, smartphone, tablette). Pour vérifier l’affichage responsive de votre site internet, servez du Test d’optimisation mobile de Google (gratuit) ;
  • limitez vos polices d’écriture. Une bonne pratique consiste à utiliser une police pour vos titres et une autre pour vos textes. Moins vous vous servez de polices différentes, plus votre site se chargera rapidement.
    Le site Fontpair permet par exemple de les associer. Dans la mesure du possible, préférez les polices déjà hébergées sur votre site, plutôt que celles qui nécessitent des requêtes vers un service tiers comme Google Fonts ;
  • optez pour une approche minimaliste en aérant vos différentes sections et en favorisant les espaces blancs entre vos éléments de contenu ; 
  • utilisez des icônes plutôt que des images, dès que vous le pouvez. Leur poids est plus léger ;
  • réduisez le nombre de couleurs utilisées. Là encore, choisissez une couleur principale et 2 à 3 couleurs secondaires ou variantes. Aidez-vous d’un outil comme Color Hunt pour bien les combiner.

4/ Réduisez le poids de vos médias

Rappelez-vous du début de cet article : nous vous expliquions qu’avec une démarche d’éco-conception web réussie, les pages de votre site WordPress se chargeraient plus rapidement… et consommeraient moins d’énergie. 

Pour parvenir à vos fins, vous devez drastiquement limiter leur poids. Pour cela, attaquez-vous en priorité aux images, responsables dans certains cas de 50% du temps de chargement d’une page web !

Pour faire les choses dans les règles de l’art, appliquez les bonnes pratiques et astuces d’éco-conception web suivantes : 

  • réduisez la taille et le poids de vos images avant de les télécharger sur votre site, par exemple grâce à la fonctionnalité « Enregistrer pour le web » d’un logiciel comme Photoshop (payant). Il existe aussi des alternatives gratuites comme GIMP. Une taille de 2 000 pixels X 2 000 pixels au maximum est souvent largement suffisante pour vos images ;
  • activez un plugin de compression d’image sur votre site WordPress comme Imagify ou Smush. Vous pouvez aussi vous servir d’outils tiers comme Tiny PNG, Kraken.io ou Optimizilla ;
Réduire le poids de vos photos avec un plugin comme Imagify est conseillé dans une stratégie d'éco-conception web.
  • utilisez un format d’image adapté à la typologie d’image et au contexte d’affichage. Par exemple, optez pour le format JPG pour des photos et le PNG pour des images gérant la transparence. Privilégiez le format vectoriel comme le SVG dès que vous pouvez (illustrations, icônes, logos etc.) ;
  • sélectionnez vos photos avec choix et réduisez leur nombre au maximum.

Bon à savoir : Attention aussi aux vidéos, très gourmandes en ressources. Les concernant, évitez de les télécharger directement sur votre site (préférez un hébergement sur une plateforme tierce comme YouTube ou Viméo).
Et surtout, empêchez l’autoplay, c’est-à-dire la lecture automatique de la vidéo dès le chargement de la page.
Évitez cela dans une approche d’éco-conception web sur WordPress. Laissez le choix à l’utilisateur de cliquer sur le bouton « Lecture » uniquement s’il souhaite regarder la vidéo. 

5/ Soignez l’expérience utilisateur

Avec des images et des vidéos plus légères, vous prendrez soin de l’expérience utilisateur, qui fait partie intégrante d’une démarche d’éco-conception web.

Cependant, il s’agit seulement de la partie émergée de l’iceberg. Il est possible d’aller beaucoup plus loin en matière d’UX. 

Afin d’aider vos visiteurs à trouver facilement ce qu’ils recherchent, nous vous conseillons de : 

  • concevoir un menu de navigation épuré. Essayez de ne pas dépasser 5 à 6 éléments dans votre menu. Ces éléments (liens) doivent rediriger vers vos pages les plus stratégiques ;
  • ajouter une barre de recherche dans votre en-tête ou menu de navigation. De nombreux thèmes WordPress proposent nativement cette option ; 
  • mettre en place des liens internes afin de rediriger vos lecteurs vers des contenus complémentaires et les garder plus longtemps sur votre site. 
  • éviter l’infinite scroll (scroll infini). Privilégiez plutôt l’utilisation d’une navigation par page. Le plugin WordPress WP-PageNavi permet de faire cela.

Pensez aussi à passer votre site en HTTPS afin de renforcer sa sécurité. Vous éviterez par ricochet à vos visiteurs de tomber sur des messages indiquant que la connexion à votre site WordPress n’est pas sécurisée.

Enfin, comme l’expérience utilisateur va aussi de pair avec la performance, nous vous conseillons dactiver le plugin WP Rocket pour accélérer la vitesse de chargement de vos pages.

Si votre site se charge plus vite, il consommera moins d’énergie et polluera moins.

Un vrai plus en matière d’éco-conception web. WP Rocket est un plugin payant, certes, mais il a l’avantage d’être très simple à utiliser. Et surtout, il combien de multiples fonctionnalités en une :

  • il permet d’activer du cache sur vos pages ;
  • il dispose d’une fonctionnalité de chargement paresseux (lazy load) ;
  • il est capable d’optimiser votre base de données etc.

Bref, il est juste indispensable.

WP Rocket est un plugin de cache.

6/ Réduisez le code de votre site

Si vous avez bien suivi jusqu’à présent, vous savez qu’une démarche d’éco-conception web implique de se focaliser en priorité sur les fonctionnalités essentielles de votre site web.

Cela passe bien sûr par l’apparence visuelle et le contenu, mais aussi par tout ce qui se passe derrière votre écran, dans le code (HTML, CSS, JavaScript, PHP etc.).

Plus le code de votre site sera lourd, plus vos pages mettront du temps à se charger. Et plus votre empreinte carbone sera importante.

Choisissez un thème léger dans une démarche d’éco-conception web

Comment faire pour limiter les dégâts à ce niveau-là ? Dans un premier temps, choisissez en priorité un thème WordPress léger et respectueux des bonnes pratiques. Quelques-uns répondent à ces deux critères sur le répertoire officiel WordPress : 

Astra est un thème WordPress rapide, donc approprié dans une stratégie d'éco-concpetion web.

Attention : Si vous avez l’habitude d’utiliser un constructeur de page (Divi Builder, Elementor, Beaver Builder etc.), méfiez-vous.
S’ils sont très pratiques pour concevoir des mises en page avancées sans toucher au code, ils embarquent aussi de très nombreuses fonctionnalités dont vous n’aurez pas forcément besoin. Et qui dit fonctionnalités en nombre, dit aussi site au code plus lourd. 

Limitez le nombre de plugins et minifiez le code

Après le thème, vous utilisez forcément des plugins. Ici, privilégiez la qualité à la quantité.

Limitez le recours aux extensions dès que possible et supprimez celles que vous n’utilisez plus. 

Par ailleurs, mettez à jour vos thèmes et vos plugins dès que possible. C’est une bonne pratique en matière de sécurité sur WordPress, mais c’est aussi intéressant en termes d’éco-conception web.

En effet, les développeurs ajoutent parfois des optimisations en matière de performance sur leurs nouvelles versions.

Enfin, appliquez ces deux dernières astuces pour réduire votre code : 

  • minifiez le HTML, CSS et JavaScript. Votre thème peut proposer cette option, regardez bien dans ses réglages et sa documentation. Si ce n’est pas le cas, appuyez-vous sur un plugin dédié. WP Rocket propose par exemple cette option ;
  • réduisez les animations sur votre site, afin de limiter ces ressources non nécessaires (notamment CSS et JavaScript). Par exemple, évitez le recours aux sliders qui impactent négativement le temps de chargement d’une page.

7/ Optimisez votre SEO

Pour présenter un site qui « pollue » le moins possible, vous devez miser sur la qualité plutôt que sur la quantité. 

Votre contenu doit pouvoir être trouvé facilement, grâce à des actions de référencement naturel (SEO) axées sur des requêtes stratégiques, c’est-à-dire adaptées aux besoins de votre cible. 

Voici plusieurs pistes à creuser pour y parvenir : 

  • visez des mots-clés qui correspondent aux besoins de vos cibles et à leur intention de recherche ; 
  • travaillez votre SEO on-page à l’aide d’un plugin SEO comme Yoast SEO, SEOPress ou Rank Math. Grâce à eux, vous pourrez optimiser des balises stratégiques comme les balises <title>, <meta-description> ou <alt> pour vos images.
SEOPress est un plugin de SEO pour WordPress.
SEOPress est le plugin SEO utilisé par Maintenance WP.

En plus de cela, attachez-vous à proposer une présentation claire de vos différents contenus (articles, pages).

Lorsque vous rédigez, nous vous conseillons de soigner la présentation visuelle de vos écrits en utilisant des sous-titres (h2, h3, h4), en créant des paragraphes ou en utilisant du gras pour mettre en avant certaines informations essentielles. 

Le saviez-vous ? Le plugin Yoast SEO est l’un des acteurs les plus engagés de l’écosystème WordPress en matière d’éco conception web. Ses développeurs proposent par exemple une fonctionnalité d’optimisation du crawl (exploration de vos pages par les robots des moteurs de recherche) pour certains types d’URL, de scripts et de métadonnées que WordPress ajoute automatiquement. Grâce à cela, vous pouvez réduire votre empreinte carbone en quelques clics.

8/ Optez pour un hébergement web écologique

C’est tout bon, vous vous apprêtez à mettre votre site WordPress éco web en ligne ? Dans ce cas, vous allez avoir besoin d’un hébergeur engagé dans une démarche de réduction de son impact écologique.

Un hébergeur « vert », c’est quoi justement ? Si l’on s’en tient à ce que préconise le RGSEN, cet hébergeur doit répondre à de multiples critères stricts : 

  • il doit avoir signé le Code de Conduite européen sur les Datacentres
  • il doit s’engager en faveur de l’environnement en répondant à certaines normes environnementales (certifications ISO14001, ISO50001 etc.) ; 
  • il doit se servir d’un type de refroidissement de serveur utilisant des sources d’énergies renouvelables (eau, air…) ou récupération de la chaleur fatale ;
  • il doit rendre disponibles les impacts environnementaux liés à son usage et utilisation ;
  • il doit proposer une politique transparente et écologique de sa gestion des équipements (serveur etc.). 

Si vous cherchez les meilleurs hébergeurs web écologiques sur un moteur de recherche, vous tomberez notamment sur les prestataires suivants : 

Ex2 se positionne comme un hébergeur éco-responsable.
Ex2 se positionne comme un hébergeur éco-responsable.

Charge à vous, par la suite, de vérifier si l’hébergeur de votre choix est bien engagé dans une démarche écologique. Pour cela, rapprochez-vous de son service-client et demandez-lui s’il répond aux différents critères ci-dessus, notamment.

9/ Validez vos pages auprès du W3C

Pour clore notre série d’astuces, nous attirons votre attention sur une dernière bonne pratique à mettre en œuvre : la validation du code de vos pages, afin de vérifier les erreurs et/ou utilisations incorrectes (oubli de chevrons, classes CSS dupliquées etc.).

Cela est notamment possible grâce aux services proposés par le W3C (World Wide Web Consortium), un organisme en charge de promouvoir et de développer les standards du web. 

Ce dernier met à votre disposition différents outils, tels que des services de validation : 

  1. Du marquage HTML de votre site internet.
  2. Du code CSS. Cet outil « comparera non seulement vos feuilles de style aux spécifications CSS […] mais il vous dira également si votre code CSS est risqué en ce qui concerne la convivialité », précise le W3C.
  3. De vos liens hypertextes

À chaque fois, il vous suffit d’entrer l’URL de la page de votre choix, puis de cliquer sur le bouton « Check » ou « Vérifier ».

Vous disposerez alors d’une indication du marquage défaillant ou de l’erreur à corriger, avec son emplacement précis (ligne) dans le code.

Pour vous aider en matière d'éco conception web, le W3C propose un outil pour vérifier le marquage HTML de vos pages.
Un exemple de résultats après avoir passé une page dans l’outil de marquage HTML du W3C.

Attention, parfois, vous aurez du boulot ;-). Enfin, pour faciliter la mise en accessibilité de vos sites, vous pouvez aussi vous appuyer sur le référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA).

106 critères de contrôle vous aideront à rendre votre site WordPress compréhensible et utilisable par les personnes en situation de handicap.

Si vous souhaitez creuser le sujet de l’écoconception web sur WordPress, nous vous recommandons de visualiser la conférence vidéo qu’Olivier Gobet a présentée lors du WordCamp Bordeaux 2019 (Eco-concevoir un site. Oui mais comment ?). 

Comment évaluer l’impact environnemental de votre site web ?

Une fois votre site ou celui de votre client en ligne, vous aurez sûrement envie de savoir quel est son impact environnemental après avoir appliqué tous nos conseils.

Notez que cette démarche peut s’appliquer en amont de la conception d’un site, en particulier si vous vous chargez d’une refonte d’un site WordPress.

Vous aurez aussi un aperçu plus précis de la situation du site et de ces points défaillants en matière d’éco-conception web. 

Pour vous aider, il existe plusieurs outils gratuits susceptibles de calculer l’impact écologique d’un site web : 

  • Website Carbon Calculator (en anglais) mesure l’empreinte carbone d’une page de votre site, en la comparant par rapport au reste du web. Vous obtiendrez par exemple le taux de CO2 émis par une page, avec une comparaison avec d’autres éléments ;
  • EcoIndex évalue l’impact environnemental de votre site. C’est un outil assez similaire à Website Carbon Calculator, mais il est en français. EcoIndex vous propose aussi des métriques précises sur votre page (poids, nombre d’éléments et de requêtes) ;
EcoIndex propose de tester l'empreinte écologique de votre site web.
Un aperçu des résultats proposés par EcoIndex.
  • L’extension Chrome ou Firefox GreenIT-Analysis, proposée par le collectif GreenIT. Elle réunit les fonctionnalités des services en ligne EcoIndex et Ecometer. Ses concepteurs indiquent que son utilisation se destine principalement aux développeurs et permet de vérifier la mise en application des bonnes pratiques d’eco-conception web.
  • PageSpeedInsights. Avec cet outil de Google, vous mesurerez spécifiquement la vitesse de chargement des pages de votre site WordPress. Les résultats affichés vous proposeront des métriques évaluant l’expérience de vos utilisateurs (Signaux web essentiels), mais aussi – et surtout – les problèmes de performances détectés. Des suggestions d’amélioration vous seront proposées. Pensez à les appliquer sur votre site pour booster votre démarche d’éco-conception web.

Le saviez-vous ? Depuis mai 2023, un dispositif gratuit permet d’afficher la synthèse des impacts environnementaux d’un site web et de mettre en avant les efforts d’écoconception web mis en place pour réduire ces impacts. Cette étiquette de performance environnementale, qui s’apparente en quelque sorte à une certification d’éco-conception web, a été conçue par l’Association des Agences-Conseils en Communication (AACC) et le collectif Green IT. Découvrez son mode d’emploi par ici.

Eco-conception web : 5 exemples de sites web éco-responsables

Pour terminer cet article, que diriez-vous d’une sélection de sites pour vous inspirer, et voir à quoi ressemble de plus près un site éco-conçu en fonction des bonnes pratiques ?

Voici plusieurs exemples de sites internet conçus dans une démarche d’éco-conception web :

Le site internet de Grenoble Metropole applique les bonnes pratiques d'éco-conception web.
Le site La forêt et nous est éco conçu pour le web.

Récapitulatif

Comme vous avez pu le voir tout au long de ces lignes, s’inscrire dans une démarche d’éco-conception web présente plusieurs avantages au moment de créer un site internet écologique.

Pour votre business, d’abord. Vous participez à réduire l’impact environnemental que la création d’un site génère, tout en améliorant votre image de marque en adoptant un positionnement plus responsable.

Pour vos visiteurs, la plus-value la plus notable réside dans l’amélioration de l’expérience utilisateur que vous leur proposez, ce qui n’est jamais négligeable.

Afin de mettre en place une stratégie d’éco-conception sur WordPress, vous savez qu’il est indispensable d’actionner différents leviers, comme par exemple la création d’une interface visuelle minimaliste et la prise en compte des besoins de vos cibles.

Si ce sujet vous est sensible, découvrez notre service de création de sites WordPress. Notre équipe d’experts vous aidera à concevoir un site à l’expérience utilisateur optimale, tout en étant rapide, joli et sécurisé. 

Sur le même sujet :

Comment dupliquer facilement un site WordPress ?

Comment dupliquer facilement un site WordPress ?

Imaginez. Imaginez un site WordPress actif à un emplacement A, par exemple sur un serveur d’hébergement en ligne.  Maintenant, imaginez un clone de ce premier site internet, identique en tous points. Cette copie conforme se trouve elle à un emplacement B, par...

Qu’est-ce que le fichier .htaccess sur WordPress ?

Qu’est-ce que le fichier .htaccess sur WordPress ?

C’est un fichier incontournable et très puissant. Sur WordPress, le fichier .htaccess peut vous aider à renforcer la sécurité de votre site, à effectuer des redirections, ou encore à améliorer la vitesse de chargement de vos pages.  Pour donner sa pleine mesure,...