Le Blog Maintenance WP

Comment résoudre une erreur 500 sur WordPress ?

4 mars 2022 | Support WordPress

Capricieuse, elle frappe à n’importe quel moment. Un brin impolie, elle ne demande jamais la permission avant de s’afficher sur votre écran.

Embêtante, elle empoisonne votre quotidien de webmaster. Et, pour couronner le tout, elle entretient le mystère : impossible de savoir précisément ce qui la cause.

Elle, c’est l’erreur 500 sur WordPress. Une erreur que vous ne souhaitez sûrement jamais voir arriver… mais qui n’arrive pas qu’aux autres. 

Vous y êtes déjà confronté ? À la fin de cet article, vous serez en mesure de la corriger grâce à 9 solutions concrètes, pratiques et détaillées.

Qu’est-ce qu’une erreur 500 ?

Une erreur 500 est une erreur interne du serveur sur lequel un site internet est hébergé. Le serveur rencontre un problème inattendu et n’est pas en mesure d’afficher la requête envoyée par le navigateur web.
Ce dernier affiche alors un message d’erreur sur votre écran. En conséquence, la page reste indisponible et ne se charge pas.

La documentation du navigateur web Mozilla parle de « réponse générique “fourre-tout” » en évoquant cette erreur, parce que la raison qui la cause est non identifiable.

Plus spécifiquement, une erreur 500 est une erreur HTTP, qui entre dans la famille des erreurs serveur. Parmi elles, vous avez peut-être aussi entendu parler de :

  • l’erreur 502 (Bad Gateway ou Proxy Error). D’après Mozilla, cela « indique que le serveur, agissant comme une passerelle ou un proxy, a reçu une réponse invalide depuis le serveur en amont ».
  • l’erreur 503 (Service Unavailable), qui désigne notamment l’état d’un serveur temporairement indisponible ou en maintenance. 

À côté de cela, vous trouvez aussi des erreurs du client HTTP (votre navigateur web), comme la célèbre erreur 404 (page indisponible).

Ou encore des erreurs de redirection, à l’image de la tout aussi connue redirection 301, qui signifie qu’une page a été déplacée de façon permanente.

Sous quelles formes peut se présenter une erreur temporaire 500 ?

L’erreur 500 est une erreur générique : elle peut intervenir sur WordPress, comme sur n’importe quel autre CMS (Content Management System, Système de gestion de contenu).

Le message d’erreur qu’elle affiche sur votre écran peut prendre différentes formes, avec une constante : la présence de termes en anglais, la plupart du temps.

Vous pourrez notamment tomber sur les variantes suivantes : 

  • 500 Internal server error ;
  • Internal server error ;
  • Error 500 Internal server error ;
  • 500 Internal server error ;
  • This page isn’t working : HTTP error 500 ;
  • Temporary Error (500) ;
  • 500 Error ;
  • Etat HTTP 500 : Le serveur a rencontré une erreur interne () qui l’a empêché de satisfaire la requête.

Pour mettre une image derrière les mots, voici à quoi elle peut ressembler lorsqu’elle décide de pointer le bout de son nez :

Erreur 500 WordPress

Quelles sont les causes fréquentes d’une erreur HTTP 500 ?

Cette erreur 500, sur WordPress ou ailleurs, ne frappe jamais par hasard. Plusieurs raisons peuvent expliquer son apparition subite sur votre écran. Voici les principales :

  • une erreur interne dans votre fichier .htaccess. Ce dernier est un fichier de configuration du serveur Apache, le plus utilisé par les hébergeurs web. Il arrive qu’il soit parfois corrompu, par exemple après l’installation d’une nouvelle extension, ou à cause d’une erreur de syntaxe dans le code. Dans ce cas, une erreur 500 s’affiche sur votre site WordPress ;
  • une erreur au niveau des permissions de vos fichiers. Il n’est plus possible d’y accéder et de les modifier, par exemple ;
  • une mémoire serveur insuffisante. Chaque hébergeur alloue une mémoire PHP à WordPress. Si celle-ci n’est pas suffisante, votre serveur d’hébergement web ne disposera pas d’assez de ressources pour exécuter certaines actions. Par conséquent, une erreur 500 s’affichera sur le nom de domaine que vous souhaitez consulter ; 
  • une incompatibilité entre des plugins ou des thèmes après une récente installation ou une mise à jour ;
  • Une version de PHP incompatible ou obsolète. PHP est le langage serveur sous lequel tourne WordPress. Pour info, au moment de rédiger ces lignes, WordPress réclamait de votre serveur d’hébergement qu’il utilise une version 7.4 ou supérieure de PHP.
  • Une mise à jour récente du Core (Noyau) de WordPress qui a mal tourné.
Une erreur 500 peut intervenir sur WordPress et d'autres CMS.

Quelles sont les conséquences d’une erreur 500 sur WordPress ?

Aucun webmaster n’aime être confronté à une erreur 500 sur WordPress. Encore plus lorsque l’on a en tête les retombées négatives qu’elle peut avoir sur votre business et votre activité. 

Plus une erreur 500 tarde à être résolue, plus vous vous exposez aux conséquences suivantes : 

  • une dégradation de l’expérience utilisateur (UX, User Experience, en anglais). Si vos visiteurs ne peuvent pas accéder à vos contenus, ils n’obtiendront pas de solution au problème qu’ils rencontrent. Frustré, ils iront sûrement chercher chez vos concurrents ce qu’ils n’ont pas trouvé sur les pages de votre nom de domaine ;
  • une baisse du trafic, avec un impact potentiellement négatif sur votre référencement naturel (SEO). Lorsque les robots de Google sont confrontés à plusieurs reprises à des erreurs 500, ils auront tendance à ralentir l’exploration de vos pages (crawl).
    Et si ces erreurs 500 ne disparaissent pas, Google pourra supprimer les URL (adresses web de vos pages) concernées de son index.
    Dans ce cas, vos pages ne seront plus visibles sur la page de résultats de recherche de Google (la SERP), jusqu’à la résolution de l’erreur.
  • une chute de votre taux de conversion. Si des visiteurs potentiels ne peuvent plus accéder à vos pages, vous ne pourrez plus leur faire accomplir d’actions spécifiques telles que l’achat d’un produit, le remplissage d’un formulaire d’un contact ou l’inscription à votre newsletter.

Afin de vous éviter ces fâcheux désagréments, voyez maintenant comment vous débarrasser d’une erreur 500 sur WordPress grâce à des tutoriels pratiques et illustrés pour répondre à différents cas de figure.

9 solutions pour réparer une erreur 500 sur WordPress

Vous vous apprêtez à tenter de corriger une erreur 500 sur WordPress ? Attaquez-vous au nœud du problème en appliquant les solutions ci-dessous dans l’ordre, si possible.

Les manipulations à effectuer sont plus simples et moins techniques au début. Elles peuvent parfois suffire à résoudre une erreur HTTP 500.

Cela peut donc vous éviter d’avoir à manipuler des fichiers sensibles et délicats qui n’auraient pas eu besoin d’être touchés. Et donc d’effectuer du support sur votre site WordPress pour rien.

Recharger la page

Pour démarrer, commencez par la solution la plus évidente : rafraîchissez votre page. Parfois, une erreur 500 est éphémère et disparaît toute seule, en un claquement de doigts. 

Pour recharger une page sur votre navigateur, vous disposez de deux solutions majeures : 

  • appuyez sur la touche F5 de votre clavier, peu le système utilisé (Windows, MacOS etc.) ; 
  • cliquez sur l’icône permettant d’actualiser la page courante.
Actualisation d'une erreur 500 sur un navigateur web.
Le navigateur Google Chrome dispose d’une icône pour rafraîchir la page du nom de domaine que vous consultez.

Si cela ne résout pas le problème, attendez quelques minutes et recommencez.
En parallèle, vérifiez aussi l’affichage de votre page sur différents appareils (ordinateur, smartphone, tablette) et navigateurs (Chrome, Mozilla, Safari, Opera etc.).

Vous pouvez aussi vous servir de ce service pour contrôler si l’erreur 500 HTTP s’applique à tout le monde, ou simplement à vous-même.

L’erreur persiste ? Videz le cache de votre navigateur web.

Voici comment procéder sur le navigateur Google Chrome (le système utilisé Windows, MacOS etc. n’a pas d’importance), le plus utilisé par les internautes en France : 

  1. Cliquez sur les 3 petits points en haut de la barre d’outils, sur la droite. 
  2. Choisissez Plus d’outils > Effacer les données de navigation.
  3. Cochez la case « Images et fichiers en cache » et cliquez sur « Effacer les données ».
Vider le cache de votre navigateur peut aider à réparer une erreur 500.

Alors, qu’est-ce que cela donne sur votre écran ? Si l’erreur 500 reste fixée devant vos yeux, passez à la solution suivante.

Contacter son hébergeur

Vous le savez désormais, une erreur 500 est une erreur serveur. Par conséquent, votre hébergeur web a peut-être des informations au sujet d’un éventuel problème sur ses services.

Contactez-le pour tenter de démêler le vrai du faux. Et au passage, exposez-lui votre problème. Même si le souci n’est pas causé par ses services, vous pourriez peut-être vous faire aider, qui sait.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes trop souvent confronté à des erreurs 500, la qualité des serveurs de votre hébergeur en est peut-être responsable. 

Pensez alors à changer d’offre, en passant par exemple sur un serveur dédié si vous êtes sur du mutualisé (vous partagez les ressources du serveur avec d’autres sites). Ou alors, passez chez un hébergeur performant comme Kinsta. 

Votre hébergeur n’a pas pu vous sauver la mise ? Vous allez devoir vous frotter de beaucoup plus près à cette erreur 500 sur WordPress. Cependant, n’allez pas trop vite en besogne !

Avant de procéder à des modifications techniques, assurez vos arrières en sauvegardant votre site (fichiers + base de données).

La façon la plus simple de procéder, pour le webmaster non aguerri, reste l’utilisation d’un plugin de sauvegarde. Utilisez au choix UpdraftPlus ou BackWPup.

Pour info, sachez que vous pouvez également sauvegarder WordPress manuellement en téléchargeant les fichiers désirés depuis votre client FTP (File Transfer Protocol). Il s’agit d’un logiciel qui permet de se connecter à votre serveur d’hébergement afin de pouvoir manipuler les fichiers et dossiers qui composent votre site WordPress.
Autre option : utiliser la fonction de sauvegarde proposée sur votre interface cPanel, si votre hébergeur le propose.

Contrôler les plugins et le thème

Venons-en à la partie technique. Un premier réflexe consiste à vérifier vos plugins et votre thème.
Ces deux-là peuvent être à l’origine d’une erreur 500 sur WordPress, en particulier après que vous avez procédé à leur mise à jour.

Pour en avoir le cœur net, le premier mode opératoire est de désactiver chaque extension une par une pour trouver l’éventuel fautif (via le menu Extensions > Extensions installées).

Désactiver des plugins peut réparer une erreur 500.

À chaque fois, rechargez votre page sur votre navigateur pour voir si l’erreur disparaît. Lorsque vous avez démasqué le plugin à l’origine de l’erreur, supprimez-le avant de l’installer à nouveau, ou de le remplacer par une extension alternative.

Cette première méthode a une limite : votre interface d’administration WordPress (back office) ne sera sûrement pas accessible. La connexion sera impossible… donc vous ne pourrez pas faire vos manipulations en toute quiétude.

Pour désactiver vos plugins, vous disposerez alors de deux solutions : 

  1. Utiliser un client FTP comme Filezilla (gratuit et open-source). C’est cette solution que nous allons détailler juste après ;
  2. Passer par l’interface de connexion admin de votre hébergeur.

À l’aide de Filezilla, donc, suivez les étapes suivantes après vous y être connecté :

  1. Dans le dossier racine (root) de votre site internet, double-cliquez sur le dossier « wp-content », puis renommez le dossier « plugins » qui se trouve à l’intérieur, en l’appelant par exemple « plugins-erreur ».
Le dossier sur un client FTP comme Filezilla.

2. Créez un nouveau dossier appelé « plugins » (comme l’ancien). A la suite de cette action, WordPress va automatiquement désactiver tous vos plugins WordPress.
3. Connectez-vous à votre tableau de bord WordPress, si vous pouvez, puis réactivez vos extensions une par une, jusqu’à déceler la coupable.

Le processus est exactement le même pour votre thème. Si votre tableau de bord est accessible, activez un autre thème (ex : un thème natif commençant par Twenty) pour voir si l’erreur persiste. Si vous ne pouvez pas accéder à votre back office, téléchargez le dossier de votre thème actif sur votre interface Filezilla, puis supprimez-le.
WordPress va automatiquement l’un de ses thèmes natifs par défaut.
Si l’erreur n’a pas disparu, attaquez-vous au fichier .htaccess.

Vérifier le fichier .htaccess pour corriger l’erreur 500 sur WordPress

Si vos plugins et votre thème ne sont pas en cause, il est possible que votre fichier .htaccess soit corrompu. Afin de vous en assurer, recréez-en un.

Il faut d’abord savoir que ce fichier se régénère automatiquement lorsque vous mettez à jour vos permaliens (les adresses des pages de votre site). Sur l’admin de WordPress, cela se passe dans Réglages > Permaliens.

  1. Sur le dossier racine de votre site WordPress (généralement appelé public_html, htdocs ou www en fonction de votre hébergeur), changez le nom de votre fichier .htaccess. Appelez-le par exemple .htaccess_old.
Une erreur 500 peut se réparer via un fichier .htaccess.

2. Si cette opération vous permet d’accéder à votre admin WordPress, sauvegardez vos permaliens et le tour est joué. Si ce n’est pas le cas, passez à l’étape suivante.

3. Créez un nouveau fichier appelé .htaccess sur votre client FTP. Pour cela, faites un clic droit et sélectionnez « Créer un nouveau fichier ».

4. Ajoutez-lui son code par défaut, proposé sur la documentation de WordPress.

Un exemple de fichier .htaccess proposé par WordPress.

Ce nouveau fichier .htaccess ne vous permet toujours pas d’accéder aux pages de votre site ? Passez à la solution suivante.

Augmenter la quantité de mémoire allouée au serveur

Un code d’erreur temporaire 500 peut aussi être causé par une limitation de la mémoire PHP allouée par votre hébergeur.
Plus elle est faible, plus WordPress aura du mal à charger les ressources de votre site (images, code des plugins etc.).

Heureusement, vous pouvez augmenter manuellement la limite de mémoire PHP en ajoutant cette ligne de code dans votre fichier « wp-config.php », situé à la racine de votre site :

define('WP_MEMORY_LIMIT', '128M');

Notez que si votre hébergeur impose une limite de mémoire égale à celle que WordPress propose par défaut (64 Mo), vous ne pourrez pas aller au-delà, quelle que soit la valeur entrée dans la ligne de code ci-dessus (128 Mo, sur cet exemple).

Au-delà du fichier wp-config.php, il est aussi possible d’augmenter la limite de mémoire PHP en ajoutant une ligne de code dans le fichier .htaccess ou dans le fichier php.ini, mais la manipulation est un peu plus technique et risquée. Le fichier php.ini n’est pas toujours visible sur votre client FTP ce qui rend la tâche moins aisée.

Modifier la version de PHP

Vous l’avez lu un peu plus tôt dans cet article : WordPress est écrit avec le langage de script PHP, qui lui permet de fonctionner. 

PHP est un langage régulièrement mis à jour. Pour des raisons de sécurité et de performance, il est conseillé d’utiliser l’une de ses dernières versions en date.

Une version obsolète de PHP peut en effet causer une erreur 500 sur WordPress, parce que certains scripts ou plugins ont besoin d’une version spécifique de PHP pour tourner correctement.

La modification de votre version de PHP se fait très simplement en passant par l’interface cPanel de votre hébergeur (encore une fois, s’il propose cette interface d’hébergement).

Pour cela, cliquez sur « Sélectionner une version de PHP » dans l’encart « Logiciel ».

Choisissez la version PHP qui vous intéresse, et voilà. Pour rappel, WordPress recommande une version PHP au moins égale à la 7.4.

Vous pouvez modifier votre version de PHP sur cPanel pour essayer de réparer une erreur 500 sur WordPress.
Ce site internet a besoin d’une mise à jour PHP, par exemple.

La mise à jour de la version PHP sur cPanel peut rendre votre site indisponible, en particulier parce que certains plugins ne seraient pas compatibles avec elle. Ce n’est pas si fréquent et cela peut surtout survenir avec les versions les plus récentes de PHP.
Pour assurer vos arrières, utilisez un environnement de test, par exemple à l’aide de l’extension
WP Staging.

Contrôler les droits d’accès des fichiers et des répertoires

Tous vos efforts n’ont pas encore été récompensés ? Il est envisageable que les droits d’accès des fichiers et des répertoires de votre ou de vos sites WordPress aient causé une erreur 500. 

Cela arrive lorsque les droits d’accès sont incorrects en raison d’une erreur ou d’une manipulation malveillante.

Concernant les droits d’accès (permissions) de fichiers et de dossiers, la documentation de WordPress recommande les choses suivantes

  • Tous les répertoires doivent être en permission 755 ou en 750.
  • Tous les fichiers doivent être en permission 644 ou en 640. Une exception : wp‑config.php qui devrait être en permission 440 ou 400 pour empêcher d’autres utilisateurs sur le serveur de le lire.
  • Aucune permission en 777 ne devrait jamais être donnée à un répertoire.

Pour savoir si vos fichiers et répertoires contiennent les bonnes autorisations, vérifiez-les en vous connectant à votre client FTP, puis jetez un œil à la colonne « Droits d’accès ».

Si quelque chose cloche, faites un clic droit sur le fichier ou le répertoire concerné, puis changez sa permission en choisissant « Droits d’accès au fichier » :

Un exemple de droits d'accès aux fichiers.

Vérifier les logs de votre serveur pour réparer l’erreur HTTP 500

Le contrôle des permissions de vos fichiers n’a rien changé ? Passez tout de suite à une solution encore plus technique : la vérification des logs de votre serveur d’hébergement.

Un log est un fichier texte qui présente l’historique des événements survenus sur votre serveur. Vous pouvez donc y déceler la trace d’une erreur 500 sur WordPress.

Certains hébergeurs proposent un journal de logs sur leur interface, ce qui facilite la tâche. si le vôtre n’entre pas dans cette case, c’est encore une fois votre client FTP qui peut vous fournir une réponse.

Si un fichier log y est présent, il se présentera par exemple sous cette forme : error.log.

Vous ne le voyez pas ? Servez-vous du mode débogage (« debug ») de WordPress pour l’afficher, si possible sur un site de test (en local ou sur un environnement de staging).

Utilisez le mode débogage en activant une constante PHP appelée WP_DEBUG. Vous la trouverez dans le fichier « wp-config.php », qui se trouve à la racine du site (dans le dossier « public_html » pour notre exemple) sur votre client FTP.

Dans ce fichier, remplacez manuellement la valeur « false » par « true » sur la ligne ci-dessous :

define( 'WP_DEBUG', true );
define( 'WP_DEBUG_LOG', true );
define( 'WP_DEBUG_DISPLAY', false );

Des erreurs éventuelles liées à PHP vont apparaître dans un fichier journal nommé debug.log, accessible sur votre FTP via le chemin suivant : wp-content > debug.log.

Si vous souhaitez que vos erreurs soient affichées à l’écran, réglez simplement la constante  'WP_DEBUG_DISPLAY’ sur la valeur true. 

Et lorsque vous avez terminé le débogage de votre site, pensez à passer la constante  'WP_DEBUG' sur false (pas besoin d’effacer les morceaux de codes).

Réinstaller le Core de WordPress

Ultime recours pour faire disparaître des codes d’erreur 500 persistants ? La réinstallation des fichiers du Core (Noyau) de WordPress, c’est-à-dire les fichiers originaux présents lorsque vous téléchargez WordPress. 

Pour ce faire, suivez les étapes ci-dessous : 

  1. Télécharger la même version de WordPress que celle qui tourne actuellement sur votre site. Elles sont toutes disponibles sur cette page. Dézippez l’archive.
  2. Envoyez les répertoires wp-admin et wp-includes à la racine de votre site, sur votre client FTP. Ces deux répertoires écraseront automatiquement les dossiers wp-admin et wp-includes déjà présents.
Les répertoires wp-admin et wp-includes.

3. Actualisez la page présentant l’erreur 500. En principe, cela devrait avoir fonctionné. 

Vous constaterez que l’on n’a pas touché au répertoire wp-content, qui contient notamment votre thème et vos plugins.

C’est normal : en principe, ils ne sont pas en cause. Et puis comme ça, vous ne touchez pas aux fonctionnalités déjà installées sur votre site et à sa structure visuelle, contrôlée notamment par votre thème.

Si vous avez pris la bonne habitude de sauvegarder votre site fréquemment, vous pouvez aussi le restaurer à l’aide de votre dernière sauvegarde en date. C’est un palliatif efficace sur le coup, mais attention.
Cela ne règlera pas définitivement votre problème d’erreur 500.
Si votre dernière sauvegarde remonte à plusieurs jours voire plusieurs semaines, vous perdrez le bénéfice de tous les ajouts faits entre temps, que ce soit au niveau du contenu et du design.

Comment faire si une erreur 500 persiste sur WordPress ?

Parce qu’elle ne prévient pas et ne donne aucune indication sur la source du problème, une erreur 500 sur WordPress est souvent déconcertante pour le webmaster.

Tout au long de ces lignes, vous avez découvert comment corriger l’erreur 500 à l’aide de plusieurs solutions comme la vérification de vos plugins et de votre thème, ou encore la création d’un nouveau fichier .htaccess. 

Une chose est sûre : mieux vaut réparer cette erreur rapidement, sous peine de pénaliser l’expérience utilisateur de votre site, votre SEO et vos conversions.

Vous souhaitez être accompagné dans la mise en place de nos différentes solutions pour résoudre une erreur 500 ? Contactez l’équipe de Maintenance WP, spécialiste du support technique sur WordPress

Disponible 7j/7, nous vous proposerons une solution sur-mesure qui répondra à vos besoins avec rapidité, professionnalisme et efficacité.

Sur le même sujet :

Sécurité WordPress : comment protéger et sécuriser son site ?

Tic, tac. Tic, tac. Tic, tac. À chaque seconde qui s’égrène sur votre montre, 2 800 attaques cibleraient des sites WordPress. Le piratage de votre site ? Vous vous dites sûrement que cela n’arrive qu’aux autres. Et puis, un beau jour, voilà que cela vous tombe dessus....

Comment résoudre une erreur 503 sur WordPress ?

D’abord, il y a cette page blanche. Une page blanche avec quelques indications peu compréhensibles, en anglais. Le chiffre 503 s’affiche par ici, et l’on aperçoit aussi souvent par là les deux mots suivants : « service unavailable ». Et puis il y a cette sensation de...

Site Web : quelle est l’utilité d’une offre de support WordPress ?

Dans le cadre de la gestion d’un site Web, il est fréquent d’être par moment dans l’incapacité d’utiliser certaines fonctionnalités du site, ou d’avoir des difficultés pour l’administrer, le mettre à jour ou l’améliorer – que ce soit en raison d’un bug ou d’un manque...