Le Blog Maintenance WP

Tout savoir sur les installations WordPress multisites et comment les installer

16 février 2023 | Développement de sites WordPress

Et 1, et 2, et 10 sites WordPress au même endroit. Ça vous dit ? C’est le principe d’un réseau WordPress multisite.

Grâce à cette fonctionnalité, tous vos sites peuvent être regroupés sur un seul tableau de bord, à portée de main et de clics.

Le gain de temps peut être considérable pour assurer la maintenance de vos sites WordPress, mais il ne s’agit pas forcément de la raison principale qui pousse un webmaster à utiliser le multisite.

Justement, à quoi sert ce type de réseau ? À qui se destine-t-il ? Et, surtout, comment le mettre en place sur votre site WordPress ?

Vous trouverez des réponses à ces questions – et à bien d’autres choses encore – dans ce guide exhaustif qui vous révèle tout sur le sujet. 

Qu’est-ce qu’un WordPress multisite ?

Une fonctionnalité native pour gérer un ensemble de sites

Un réseau WordPress multisite comprend un ensemble de sites web (vitrine, ecommerce, blog etc.) sur la même installation WordPress. Ils s’administrent tous depuis le même tableau de bord et chaque site/blog peut être personnalisé de façon individuelle.

Il s’agit d’une fonctionnalité native, c’est-à-dire qu’elle est embarquée dans le Cœur de WordPress – les fichiers et dossiers que vous téléchargez lors de son installation – depuis la sortie de la version 3.0 du CMS (Content Management System).

L’option multisite s’active grâce à l’ajout d’une ligne de code dans le fichier wp-config.php – on y reviendra en détails – aussi bien sur un site web déjà en ligne que sur une nouvelle installation toute fraîche.

Mais finalement, un réseau de sites, ça ressemble à quoi ? Pour rester dans la thématique WordPress, l’exemple le plus évident est WordPress.com.

Retrouvez les différences entre WordPress.org et WordPress.com dans notre article dédié.

Le parallèle avec WordPress.com

Grâce à cette solution d’hébergement, n’importe qui peut créer un site/blog en ligne. Disons que WordPress.com gère toute l’infrastructure globale du réseau : c’est en quelque sorte le site web principal du réseau.

WordPress.com est un réseau WordPress multiiste.
Quelques exemples de sites créés avec WordPress.com

À côté de cela, il existe des millions de sites appartenant à chaque fois à une personne et qui composent le réseau.

Pour imager, chaque site du réseau WordPress.com correspondrait à l’ensemble de sites que vous ajouteriez à votre propre réseau (votre installation WordPress), sur votre tableau de bord (site 1, site 2, site 3, site 4 etc.).

Comme le résume la documentation de WordPress, “les utilisateurs finaux du réseau peuvent créer leurs propres sites à la demande, tout comme les utilisateurs finaux de WordPress.com peuvent créer des blogs à la demande”.

Autre exemple : de nombreux sites/blogs d’autorité autour de l’enseignement (universités, grandes écoles etc.) fonctionnent souvent en multisite. 

En résumé, histoire que tout soit bien clair pour vous : 

  • Le réseau correspond à votre installation WordPress de base.
  • À chaque fois que vous ajoutez un site web à votre installation WP de base, il entre dans le réseau WordPress multisite. 

Quelles sont les spécificités d’un réseau multisite ?

Bien qu’il partage de nombreux points communs avec un site/blog WordPress classique, un réseau WordPress multisite comporte quand même certaines spécificités : 

  • En multisite, un nouveau rôle utilisateur fait son apparition : le Super Admin. Lui et seulement lui a le pouvoir d’administrer tout le réseau.
  • En parallèle, les permissions du rôle admin sont réduites. “Par défaut, les administrateurs ne peuvent pas installer de nouveaux thèmes ou d’extensions et ne peuvent pas ajouter ou modifier des comptes sur leur site”, précise la documentation de WordPress.
  • Par défaut, tous les comptes ajoutés au réseau auront un rôle d’abonné sur tous les sites.
  • Chaque site web possède des répertoires différents pour les médias téléversés (ils n’ont pas leur propre répertoire sur le serveur). Chaque site du réseau possède son propre dossier contenant les médias téléversés dans le répertoire uploads.
  • L’interface d’administration de WordPress embarque de nouveaux types de contenus personnalisés (custom post types) et de nouveaux menus de réglages. 
  • Chaque site du réseau possède des tables distinctes dans votre base de données.

Quelles sont les différents types de réseaux multisites ?

C’est aussi une spécificité d’un réseau WordPress multisite, mais au vu de son importance technique, accordons-lui une sous-partie dédiée. 

Dans la pratique, vous aurez le choix parmi deux types de réseaux multisites, lors de l’activation de votre réseau : 

  1. Un réseau WordPress multisite organisé en sous-domaines. Dans ce cas, chaque site a un sous-domaine différent. Par exemple : https://site1.exemple.com et https://site2.exemple.com.
  2. Un réseau organisé en sous-répertoires (aussi appelés sous-dossiers ou chemins). Ici, chaque site a un sous-répertoire distinct. Par exemple : https://exemple.com/site1/ et https://exemple.com/site2/

Sous-répertoire ou sous-domaine : quelle configuration choisir ?

Quelle que soit l’option que vous choisirez – plus de détails dans la partie consacrée à l’installation de votre réseau -, comprenez d’abord que chaque site du réseau aura une URL différente dans son nom de domaine.  

Ensuite, techniquement parlant, l’installation en sous-dossiers est plus simple à mettre en place et à gérer pour un débutant.

Par contre, la documentation de WordPress indique que si votre installation WP a été faite il y a plus d’un mois, vous ne pourrez pas choisir l’installation en sous-dossiers.

Si vous préférez opter pour un réseau organisé en sous-domaines, vous devrez faire pointer vos différents noms de domaine vers le même dossier du serveur où est installé WordPress. 

Pour cela, et sans entrer dans les détails, l’une des méthodes possibles consiste à configurer des sous-domaines génériques (wildcards). Si cela vous intéresse, vous trouverez des explications détaillées sur cette ressource.

Quels sont les avantages et inconvénients d’un réseau multisite sur WordPress ?

Comme n’importe quelle fonctionnalité, le multisite présente des avantages et des inconvénients, détaillés juste en-dessous.

Avantages d’un réseau WordPress multisite

  • La gestion des mises à jour (Coeur de WP, plugins et thèmes) s’en trouve facilitée, puisque tous vos sites sont regroupés sur le même tableau de bord.
    Vous n’avez plus besoin de vous connecter individuellement à chaque site et gagnez du temps.
  • L’installation de vos thèmes et extensions est centralisée : ils peuvent s’activer en une fois sur tous les sites de votre choix.
  • Chaque site possède son propre administrateur et en tant que Super Admin, vous avez la main sur tous les rôles utilisateurs pour contrôler les permissions accordées sur chaque site. 
  • Vous économisez de l’argent sur l’hébergement de WordPress. Au lieu d’héberger chaque site individuellement, vous utilisez un seul serveur d’hébergement pour tous les sites de votre réseau.
L'interface de réglages proposée par un hébergeur web.
L’interface de réglages proposée par un hébergeur web.

Inconvénients

  • La configuration d’un réseau WordPress multisite peut s’avérer complexe pour l’utilisateur non aguerri. Notamment si vous souhaitez paramétrer votre réseau de sites en sous-domaines. Par ailleurs, le débogage en cas de problème peut aussi être compliqué.
  • Si votre réseau compte de nombreux sites, vous aurez besoin d’un hébergement performant. Forcément, plus de sites installés signifie plus de ressources serveur consommées, ce qui peut causer des problèmes de performance (vitesse de chargement de vos pages plus lente).
    Dans ce cas, un hébergement mutualisé peut rapidement devenir insuffisant. Un hébergement dédié, à l’image de ce que propose Kinsta, que nous recommandons, peut alors s’avérer indispensable.
  • Comme tous les sites partagent les mêmes ressources serveur, si un site devient indisponible, l’ensemble de votre réseau sera impacté. Même chose en cas de pic de trafic ou de piratage (tous les sites seront touchés en même temps).
  • Le multisite n’est pas pris en charge par tous les plugins WordPress, mais aussi par tous les hébergeurs (c’est assez rare, mais cela peut arriver).
  • La personnalisation est moins aisée que sur une installation classique, puisque tous les sites partagent le même thème et les mêmes extensions.

Vous voilà avec une vision plus claire de ce qu’est le multisite sur WordPress. Avant de vous montrer pas à pas comment le mettre en place sur votre installation, assurons-nous que vous en ayez vraiment besoin !

Dans quels cas créer un WordPress multisite ?

Même si les avantages d’un site WordPress multisite vous séduisent, ce type de réseau n’est peut-être pas approprié à vos besoins.

D’un côté, disons qu’il est pertinent de l’utiliser si vous souhaitez créer plusieurs sites au design et aux fonctionnalités très proches.

C’est le cas pour certaines chaînes de restaurant, établissements de formation, banques, ONG, portails communautaires, sites web d’actualités etc.

Le New York Times est basé sur un réseau multisite pour son système de blogs.
Le New York Times est basé sur un réseau multisite pour son système de blogs.

Un WordPress multisite peut aussi être pertinent pour regrouper tous vos sites/blogs personnels.

D’un autre côté, il est préférable de vous abstenir de concevoir un réseau multisite si : 

  • Vous hébergez des sites clients qui n’ont aucun lien les uns avec les autres. Si l’un d’eux décide de changer d’hébergeur, vous serez embêté car son site web partagera la même base de données que les autres sites du réseau. 
  • Votre futur réseau doit héberger des sites très différents en matière de design, thèmes et extensions à installer (pour vous ou vos clients). 
  • Votre hébergeur ne propose pas les prérequis serveur indispensables pour faire fonctionner votre réseau.
  • Vous avez un besoin impérieux d’un ou plusieurs plugins qui ne sont pas compatibles avec la fonctionnalité multisite.
  • Vous n’avez pas accès à votre serveur pour configurer certains fichiers clés, comme les fichiers wp-config.php et .htaccess.
  • Vous avez besoin d’une adresse IP pour chaque site de votre réseau.
  • Chaque site de votre réseau doit posséder sa propre base de données. 
  • Vous ne souhaitez pas mettre les mains dans le code de certains fichiers de WordPress. 

Si vous souhaitez simplement profiter de l’aspect gestion centralisée et facilitée pour la maintenance de vos sites web WordPress, appuyez-vous plutôt sur :

Un réseau WordPress multisite semble coller à vos attentes et à vos besoins ? Voyez maintenant comment le mettre en place. 

Comment installer le multisite sur WordPress ?

Pour les besoins de ce tutoriel, nous allons installer un réseau WordPress multisite manuellement à partir d’une installation déjà existante (en ligne) de WordPress. Mais rappelez-vous, il est tout à fait possible d’y parvenir en installant WordPress pour la première fois. Si vous êtes dans ce cas de figure, découvrez notre tutoriel qui vous explique comment créer un site WordPress

Étape 1 : S’assurer des prérequis

Dans un premier temps, assurez-vous que vous remplissez certains prérequis :

  • Vous devez être administrateur du web principal (votre futur réseau).
  • Il est nécessaire de pouvoir accéder aux fichiers wp-config.php et .htaccess à l’aide d’un logiciel FTP (File Transfer Protocol). Ce dernier permet d’envoyer des fichiers vers votre serveur d’hébergement à partir de votre ordinateur.
  • Vous allez avoir besoin d’un éditeur de code (Brackets, Sublime Text) pour éditer vos fichiers.  
  • La configuration de votre serveur d’hébergement doit être compatible avec la mise en place d’un réseau multisite. En principe, il ne devrait pas y avoir de soucis là-dessus avec la plupart des hébergeurs de qualité. Pour en avoir le cœur net, posez la question à leur service clients.
  • Utilisez un hébergeur performant et sécurisé.  
  • Vérifiez que les permaliens optimisés fonctionnent.
  • Désactivez toutes les extensions actives. La documentation de WordPress précise que “vous pourrez les réactiver après la création du réseau”.

Certains hébergeurs comme Kinsta, que nous recommandons, proposent une option pour activer automatiquement le multisite sur votre espace d’hébergement.

Étape 2 : Sauvegarder votre site

Tous vos outils sont prêts sur votre ordinateur ? Passez à l’étape n°2 de la création d’un réseau WordPress multisite.

Pour vous protéger en cas de bug lors de la mise en place de votre réseau (ex : mauvaise manipulation dans le fichier .htaccess), nous vous conseillons de sauvegarder votre site avant de passer à l’action.

Pour cela, il existe deux façons principales de procéder : 

  • Soit utiliser le service de sauvegarde proposé par votre hébergeur.
  • Soit vous servir d’un plugin de sauvegarde gratuit comme UpdraftPlus. Ce dernier est très simple à utiliser et vous pouvez paramétrer vos sauvegardes de façon automatique depuis votre tableau de bord.
Le plugin UpdraftPlus permet de sauvegarder votre réseau WordPress multisite.

Quelle que soit la solution choisie, assurez-vous de sauvegarder à la fois vos fichiers et votre base de données. Il est nécessaire de posséder ces deux éléments (surtout votre base de données) pour pouvoir restaurer votre site en cas de pépin.

Dès que votre site est conservé en lieu sûr, passez à l’attaque et commencez par autoriser le multisite. 

Étape 3 : Activer la fonctionnalité WordPress multisite

Pour activer le menu de création du réseau, vous devez ajouter une petite ligne de code dans votre fichier wp-config.php. Dans le détail, voici ce que vous devez faire.

Se connecter à votre logiciel FTP

Commencez par ouvrir votre logiciel FTP favori (Filezilla, Cyberduck, Transmit etc.). Ici, nous allons nous servir de Filezilla, l’un des plus connus (gratuit).

Connectez-vous à votre site à l’aide des identifiants fournis par votre hébergeur (par email). Vous devez renseigner les éléments suivants : 

  • Hôte.
  • Identifiant.
  • Mot de passe.
  • Port.

Une fois connecté, localisez le fichier wp-config.php. Ce dernier se trouve dans le dossier racine de votre site (ex : www, public, public_html).

Le fichier wp-config.php doit être paramétré pour créer un réseau WordPress multisite.

Ajouter le morceau de code pour activer le réseau WordPress multisite

Ouvrez ce fichier wp-config.php : faites un clic droit dessus et choisissez Afficher/Editer.

Avant le commentaire /* C’est tout, ne touchez pas à ce qui suit ! Bonne publication. */, ajoutez le morceau de code ci-dessous : 

/* Multisite */
define( 'WP_ALLOW_MULTISITE', true );

Dans la pratique, vous devez vous retrouver avec ça : 

Le code d'activation d'un réseau WordPress multisite.

Lorsque cette opération est effectuée, rafraîchissez votre navigateur. Il est désormais possible d’installer et de créer un réseau multisite sur votre site internet WordPress. 

Étape 4 : Installer le réseau de sites

Pour cela, allez dans le menu Outils > Création du réseau. Ce dernier lien (“Création du réseau”) a été activé grâce à l’ajout de notre morceau de code dans le fichier wp-config.php :

Le menu Création de sit de WordPress multisite.

Sur la page qui vient de s’ouvrir, renseignez un nom pour votre réseau (ex : Réseau Maintenance WP) et votre adresse email, puis cliquez sur le bouton “Installer” :

Création d'un réseau WordPress multisite.

Vous aurez plus ou moins d’options sur cette page chez vous. Pour les besoins de ce test, nous travaillons en local (sur notre ordinateur) et pas sur un serveur en ligne. Les options sont donc limitées. Par exemple, nous pouvons seulement créer un réseau basé sur des sous-répertoires. 

Étape 5 : Activer le réseau

Pour finir, vous devez activer le réseau de sites. Cela se fait en deux étapes :

  1. Ajout d’un nouveau morceau de code dans le fichier wp-config.php.
  2. Ajout de règles de configuration du réseau dans le fichier .htaccess.

Le code à ajouter dans chaque fichier est généré automatiquement par WordPress. Pour notre exemple, ça donne ça :

Les codes d'activation d'un réseau WordPress multisite.

Attention : Ne copiez pas ces morceaux de code chez vous ! Ils sont personnalisés en fonction de notre installation, qui ne sera pas forcément la même chez vous. Utilisez ceux fournis par WordPress lors de la configuration de votre réseau, et tout ira bien.
Avant toute manipulation, sauvegardez vos fichiers wp-config.php et .htaccess existants.

Ajout du code d’activation dans votre fichier wp-config.php

Si l’on se fie aux consignes édictées, commencez par ajouter le premier morceau de code dans votre fichier wp-config.php

Positionnez-le :

  • Au dessus de la ligne /* C’est tout, ne touchez pas à ce qui suit ! Bonne publication de contenus. */.
  • Juste après le morceau de code utilisé pour activer la fonctionnalité multisite (voir étape 3). 

Dans la pratique, vous devez vous retrouver avec ça :

Le code pour créer un réseau WordPress multisite dans le fichier wp-config.php.

Ajout des règles de configuration dans le fichier .htaccess

Si vous disposez déjà d’un fichier .htaccess, celui-ci doit se trouver à la racine de votre site web, comme le fichier wp-config.php.

Si vous ne le voyez pas, créez-le au même niveau que votre fichier wp-config.php (dans le même répertoire, donc).

Pour cela, sur Filezilla : 

  • Dans le dossier racine de votre site, faites un clic droit et cliquez sur “Créer un nouveau fichier”.
  • Nommez-le .htaccess.
  • Ajoutez les règles de configuration à l’intérieur, en remplacement des règles existantes de WordPress.

Une fois ces étapes passées, vous devrez vous connecter à nouveau au tableau de bord en utilisant le lien fourni en bas de l’écran.

WordPress précise que “vous aurez peut-être besoin de supprimer votre cache navigateur et vos cookies pour pouvoir vous connecter”.

Si tout a correctement fonctionné, vous constaterez l’apparition d’un nouvel élément de menu appelé “Mes sites”, en haut à gauche de votre écran :

Un réseau WordPress multisite active un lien "Mes sites".

Votre réseau WordPress multisite est désormais actif. À présent, voyons comment le paramétrer et l’administrer. 

Comment administrer votre réseau de sites ?

Comment accéder à votre site principal et à votre réseau de sites ?

L’activation d’un réseau WordPress multisite chamboule un peu l’organisation de votre tableau de bord. Voici comment cela fonctionne, désormais. 

L’interface d’administration de votre site principal est accessible en passant par Mes sites > Nom de votre site (“Multisite” dans ce test) > Tableau de bord :

Le tableau de bord de votre réseau WordPress.

Vous vous retrouvez alors avec un tableau de bord classique, comme c’est de coutume avec un site qui n’a pas le multisite activé.

Maintenant, pour accéder au tableau de bord de votre réseau de sites, passer par Mes sites > Admin du réseau > Tableau de bord.

Vous constaterez que la barre latérale de réglages est moins fournie en options que sur un site “classique” (non multisite). 

Vous disposez par exemple d’options pour gérer tous les sites, comptes, thèmes et extensions installés sur votre réseau. 

Vous pouvez aussi mettre à jour tout votre réseau d’un coup :

Le menu d'administration de votre réseau.

Comment paramétrer les réglages de votre réseau WordPress multisite ?

Au-delà de cela, des réglages spécifiques sont prévus pour configurer votre réseau. Retrouvez-les dans Mes sites > Admin du réseau > Réglages.

Vous pouvez agir sur les éléments suivants : 

  • Réglages d’inscription : vous pouvez notamment gérer qui peut s’inscrire à votre réseau de sites, ou encore bloquer la création de sites à certaines personnes dont l’adresse email ne serait pas liée à un nom de domaine particulier.
  • Réglages des nouveaux sites : permet de paramétrer les messages d’accueil envoyés aux propriétaires de nouveaux sites, lors de la création d’un nouveau compte etc. 
  • Réglages des téléversements : ici, vous pouvez régler la taille limite de fichiers qui peuvent être téléversés. Par défaut, le réglage est sur 100 MO. Vous pouvez baisser cette limite si vous voyez que votre réseau de site commence à tirer un peu la langue au niveau de la vitesse de chargement. Il est aussi possible de choisir le type de fichiers téléversés par vos utilisateurs, et leur taille maximale.
  • Réglages de langue permet, comme son nom l’indique, de modifier la langue principale utilisée sur votre réseau WordPress multisite. 
  • Réglages du menu : si vous cochez la case “Extensions” sur l’écran ci-dessous, vos utilisateurs pourront activer/désactiver des extensions mais ne pourront pas en ajouter.
Réglages des téléversements d'un réseau multisite.

Pensez à cliquer sur le bouton “Enregistrer les modifications” pour sauvegarder vos nouveaux réglages.

Comment ajouter un nouveau site à votre réseau multisite ?

Pour le moment, votre réseau ne comporte qu’un seul site : votre site principal (appelé “Multisite”, dans notre exemple) :

Affichage des sites de votre réseau.

Cela fait un peu léger pour un réseau de site, alors voyons comment faire grossir un peu tout ça. 

Pour ajouter un  nouveau site, passez par le menu suivant : Mes sites > Admin du réseau > Sites. Puis cliquez sur le bouton “Ajouter”, tel qu’indiqué sur l’écran ci-dessous :

Ajout d'un site sur votre réseau.

Remplissez ensuite les champs et paramètres ci-dessous : 

  • Adresse web du site (URL), avec le nom de votre sous-répertoire en lettres minuscules non accentuées. Vous pouvez ajouter des chiffres et des traits d’union.
    Dans notre cas, l’adresse du site choisie est localhost/multisite/site1.
  • Titre du site.
  • Langue du site.
  • Email de l’administrateur.

Terminez en cliquant sur le bouton “Ajouter un site” sur votre écran d’administration.

Réglages de l'ajout d'un site à votre réseau.

Votre nouveau site est désormais disponible dans Sites > Tous les sites :

Ajout d'un site sur l'encart récapitulant tous les sites.

Comment ajouter un thème ?

Pour gérer l’apparence de votre site, vous avez besoin d’un thème. Pour en ajouter un à votre réseau de sites, allez dans Mes sites > Admin du réseau > Thèmes > Ajouter. 

Sélectionnez le thème de votre choix sur l’écran, puis activez-le sur votre interface d’administration. Il sera alors disponible pour les administrateurs du site de votre réseau, qui devront l’activer manuellement pour en faire le thème par défaut sur le site concerné.

Pour cela, il suffit d’aller sur le tableau de bord du site concerné, en suivant ce chemin par exemple : Mes sites > Site réseau 1 > Tableau de bord > Apparence > Thèmes :

Installation d'un thème sur un réseau WordPress multisite.
On retrouve bien uniquement les deux thèmes activés sur le réseau au préalable (Astra et Twenty Twenty Three).

Pour info, en tant qu’administrateur, vous pouvez retrouver la liste des thèmes de votre réseau dans Thèmes > Thèmes installés. Si vous désirez en activer un sur votre réseau, cliquez sur “Activer sur le réseau” sur votre écran.

Activation d'un thème au cas par cas sur un réseau WordPress multisite.

Le principe est le même pour en désactiver un, c’est-à-dire pour le rendre non administrable sur votre réseau par des utilisateurs. 

Pour faciliter la vitesse de chargement de vos pages, un point crucial sur un réseau WordPress multisite, nous vous recommandons l’usage d’un thème léger et rapide. En voici quelques-uns, au choix : Astra, Kadence, Blocksy, GeneratePress ou Neve. Chacun propose des modèles de sites (templates) activables en un clic sur votre interface d’administration. N’hésitez pas à tester leur version gratuite pour voir lequel correspond le mieux à vos besoins. 

Comment ajouter une extension ?

Après les thèmes, place aux extensions. Vous allez voir, la mécanique est la même. Pour ajouter un plugin WordPress sur votre réseau, les administrateurs doivent aller dans Mes sites > Admin du réseau > Extensions.

Cliquez sur le bouton “Ajouter”, puis ajoutez l’extension de votre choix. Pour l’exemple, nous choisissons WordFence, un plugin de sécurité pour WordPress :

Ajout d'une extension sur un réseau multisite.

Une fois activée, l’extension WordPress le sera sur tous les sites de votre réseau, pour tous vos utilisateurs. De base, vous ne pourrez pas la désactiver au cas par cas, sur chaque site. Il est juste possible de la désactiver sur tout le réseau.

Cependant, si vous souhaitez activer une extension donnée sur tel ou tel site de votre réseau, c’est possible grâce à une petite subtilité.

Lorsque vous ajouterez une extension sur tout votre réseau (Mes sites > Admin du réseau > Extensions), ne l’activez pas.

Retournez ensuite sur la page des extensions du site de votre choix (ex : Site réseau 1), et activez-la à ce moment-là dans les paramètres proposés !

Il est possible d'activer un extension site par site sur un réseau multisite.

Quels plugins utiliser sur un réseau WordPress multisite ?

En parlant de plugins, en voici quelques-uns qui pourraient être utiles sur votre réseau de sites : 

  • WordFence Security ou SecuPress, pour renforcer la sécurité de votre installation. Si vous utilisez une structure en sous-domaines, pensez à activer un certificat SSL sur chacun de vos domaines afin de passer vos sites en HTTPS. La plupart des hébergeurs vous le proposeront gratuitement.
  • SEOPress, pour optimiser le référencement naturel (SEO) de de votre site internet WordPress. 
  • User Switching, pour passer d’un compte utilisateur à un autre en un clic.
  • Akismet, pour lutter contre le spam.
  • WP Rocket (payant), pour activer du cache sur votre site (et accélérer sa vitesse de chargement) avec des paramètres faciles à configurer pour les administrateurs et utilisateurs.
  • Imagify, pour réduire le poids des images de votre réseau de sites.
  • All-in-One WP Migration, pour migrer l’un de vos sites vers une autre destination (nouveau serveur, local etc.).
  • UpdraftPlus, pour sauvegarder vos sites.
  • Members, pour personnaliser les missions d’un rôle utilisateur.
  • WP Activity Log, pour connaître l’activité sur votre réseau de sites (notamment des utilisateurs).

Comment ajouter un utilisateur ?

En tant qu’administrateur, vous pouvez ajouter de nouveaux utilisateurs à votre réseau. Pour cela, passez par le menu suivant : Mes sites > Admin du réseau > Tableau de bord > Comptes > Ajouter.

Sur la page affichée, au niveau des paramètres, entrez ensuite un identifiant et un email pour cet utilisateur :

Ajout d'un compte utilisateur sur un réseau multisite.

Maintenant, comment faire pour ajouter un nouvel utilisateur sur l’un des sites de votre réseau ? Il vous suffit d’aller sur le tableau de bord du site en question, puis d’ajouter l’utilisateur concerné via le menu Comptes. 

Pour un nouveau compte, l’administrateur devra renseigner : 

  • Un identifiant.
  • Un email.
  • Le rôle de l’utilisateur (abonné, contributeur, auteur, éditeur, administrateur). L’administrateur est celui qui a le plus de permissions, l’abonné celui qui en a le moins.
  • Si vous souhaitez que l’utilisateur reçoive un message de confirmation par email.

C’est aussi au niveau de l’interface de chaque site que vous pouvez gérer les rôles de chaque utilisateur (administrateur, éditeur, contributeur etc.) et modifier leurs privilèges.

Comment octroyer le rôle de Super Admin à un utilisateur de votre réseau WordPress multisite ?

Si besoin, vous pouvez aussi donner à un utilisateur le rôle de Super Admin. Attention, toutefois : cette option est à manipuler avec précaution car le Super Administrateur dispose de toutes les permissions sur votre réseau multisite WordPress.

Concernant la marche à suivre, vous devez vous rendre sur l’interface d’administration de votre réseau. 

Dans le menu “Comptes > Tous les comptes, cliquez sur le lien “Modifier” au niveau de l’utilisateur de votre choix. Puis, sur la page affichée, cochez la case “Donner les privilèges de super-admin à ce compte pour le réseau” :

Privilèges super admin.

Comment mettre à jour les sites de votre réseau ?

Vous l’avez découvert en lisant ces lignes, un réseau multisite facilite la gestion des mises à jour de vos sites (blog, ecommerce etc.).

Il est par exemple possible de mettre à jour tous les sites de votre réseau en même temps (ici, cela concerne uniquement le Cœur de WordPress).

Pour cela, les administrateurs peuvent cliquer sur le bouton “Mettre à jour le réseau” au niveau du tableau de bord du réseau de sites :

Un WordPress multisite permet de mettre à jour tout votre réseau d'un coup.

En parallèle, vous pouvez bien sûr opérer des mises à jour des thèmes et des plugins WordPress installés sur les sites de votre réseau via le menu “Mises à jour”.

Lorsque vous mettrez à jour une extension, par exemple, la manipulation sera effective sur tous les sites de votre réseau. 

Comment activer le mappage de domaines ?

Pour terminer cette série de mini tutoriels, abordons un point un peu plus technique mais qui peut s’avérer important, selon le cas de figure : le mappage de domaines.

Appelé domain mapping, en anglais, cette fonctionnalité native de WordPress (depuis sa version 4.5) permet aux sites d’un réseau WordPress d’« être mappés à des domaines de premier niveau qui ne font pas partie du réseau », indique la documentation de WordPress.

Concrètement, cela veut dire que vous pouvez utiliser le nom de domaine de votre choix – à condition de le posséder – sur chacun des sites de votre réseau. Et ce, que vous ayez choisi la structure en sous-domaines ou en sous-dossiers.

Pour “mapper” un nom de domaine, vous devez d’abord faire pointer ses DNS (Domain Name System) sur votre serveur. Ensuite, assurez-vous que tous vos domaines aient un certificat SSL installé. 

Poursuivez en mettant à jour le site ou blog auquel vous voulez attribuer un nouveau nom de domaine, puis ajoutez son nom de domaine à ses réglages. Pour cela, allez dans Mes sites > Admin du réseau > Sites > Tous les sites. Cliquez sur le lien “Modifier” au niveau du site/blog concerné. 

Dans l’onglet info, ajoutez le nom de domaine de votre choix au niveau de l’option “Adresse web du site (URL)” :

Ajout d'un nom de domaine personnalisé sur un réseau multisite.

Pensez à enregistrer les modifications. 

En cas d’erreur au sujet des cookies bloqués lorsque vous essayez de vous connecter au tableau de bord du réseau, ou que la connexion échoue sans message d’erreur, la documentation de WordPress préconise d’ajouter la ligne de code ci-dessous après le code que vous avez ajouté pour créer votre réseau (dans le fichier wp-config.php) :

define('COOKIE_DOMAIN', $_SERVER['HTTP_HOST']);

WordPress multisite : le récapitulatif

Tout au long de ces lignes, vous avez découvert les subtilités d’un réseau WordPress multisite. En résumé, nous avons développé les points suivants : 

  • À quoi sert le multisite.
  • Quelles sont ses spécificités ?
  • Quels sont les différents types de réseaux multisites que vous pouvez mettre en place.
  • Les avantages et inconvénients du multisite.
  • Comment installer un réseau WordPress multisite et comment l’administrer.
  • Comment activer le domain mapping (mappage de nom de domaine) sur un ou plusieurs sites.

Même s’il présente des avantages (ex : gestion des mises à jour facilitée), un réseau multisite a aussi son lot d’inconvénients.

L’un d’entre-eux concerne par exemple l’aspect technique de sa mise en place, qui peut s’avérer complexe et intimidante.

Si vous hésitez à vous lancer, faites appel à une équipe de professionnels pour réaliser l’opération dans les règles de l’art, et réagir très vite en cas de problème.

Les experts de Maintenance WP se tiennent à votre disposition 7 jours/7 pour vous accompagner sur-mesure dans la mise en place d’un réseau multisite (entre autres). Contactez-nous pour en savoir plus.

Sur le même sujet :

Comment dupliquer facilement un site WordPress ?

Comment dupliquer facilement un site WordPress ?

Imaginez. Imaginez un site WordPress actif à un emplacement A, par exemple sur un serveur d’hébergement en ligne.  Maintenant, imaginez un clone de ce premier site internet, identique en tous points. Cette copie conforme se trouve elle à un emplacement B, par...

9 conseils pour l’éco-conception d’un site web

9 conseils pour l’éco-conception d’un site web

La production d’électricité. Les usines. Les transports. Les produits ménagers. On ne vous apprend rien si on vous dit que tous ces éléments polluent et sont responsables de la dégradation de l’environnement.  C’est peut-être moins évident à première vue, mais...